Dégomme forme ses futurs salariés

18 février 2019 | 0 commentaires

Vous êtes ici : Accueil » Blog » Dégomme forme ses futurs salariés
Depuis quelques mois, la Région et Pôle emploi facilitent la formation interne préalable à l’embauche. Un dispositif qui a fonctionné pour l’entreprise pornicaise qui avait du mal à recruter.

L’entreprise

Tanguy de Mauduit dirige la seule entreprise en France spécialisée dans le décollage et et le nettoyage des traces de chewing-gum. Grâce à une machine dont le fonctionnement précis est gardé secret, la gomme se solidifie et se désintègre sous l’action de la vapeur et du détergent. Là où la cryogénisation abîme le sol.

Le dirigeant de Dégomme, basée à Pornic, travaille partout en France avec des casinos, des grandes surfaces ou encore des cinémas. Il a mis en place un système d’abonnement auquel a souscrit la moitié de ses 300 clients. Il existe bien des sociétés de nettoyage, mais très peu acceptent de décoller les gommes à mâcher, en plus de l’entretien courant.

Dégomme se porte donc bien. Le chiffre d’affaires progresse d’année en année, mais Tanguy de Mauduit l’avoue : « Difficile de trouver des techniciens pour ça. »

Certes, le travail demande de rester debout une bonne partie de la journée, mais pour le dirigeant, la raison est ailleurs. « L’éloignement pousse certains à arrêter. Aujourd’hui, mes salariés se déplacent dans toute la France. Ils dorment souvent à l’hôtel. »

L'entreprise Dégomme forme ses futurs salariés
« J’ai pu élaborer un vrai plan de formation »

Le chef d’entreprise a trouvé une solution avec Pôle emploi. Il forme lui-même la personne qu’il a recrutée sur des compétences proches de celles qu’il recherche et non sur un poste précis. Au total, 800 heures payées par la Région et Pôle emploi. Le salarié reçoit au minimum 80% du Smic.

Yvan Louedin a été recruté comme technicien chez Dégomme grâce à cette expérience, réservée aux entreprises de moins de 50 salariés. Après quatre de chômage, « j’avais des difficultés à trouver », indique-t-il.

Depuis mai 2018, 383 « parcours TPME » ont été mis en place dans la région. « J’ai pu élaborer un vrai plan de formation. Cela m’a permis de prendre mon temps et de former mieux, se réjouit Tanguy de Mauduit. La seule chose qui manque à ce dispositif, c’est la possibilité d’engager la personne en Contrat à durée indéterminée (CDI) à la fin de la formation. Là, nous nous engageons pour un CDD de six ou douze mois. J’ai opté pour la durée la plus courte, pour pouvoir embaucher le plus vite possible en CDI. »

Les entreprises semblent plébisciter ce dispositif, puisque le taux de retour à l’emploi des personnes formées est de plus de 90%.

Source : Ouest France
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer